À l’école de l’Holacracy

Ils y sont 27 heures par semaine en moyenne, 6 heures par jour, 4 jours et demi, sans compter les heures supplémentaires : garderie, cantine, étude, activités pédagogiques complémentaires, activités périscolaires… Ils sont aux 27 heures non rémunérées … Leurs journées sont plus longues que les nôtres, trajet maison-école (et retour) compris.  Ne criez pas à l’esclavage, c’est pour leur éducation ! Vous l’aurez deviné, ces travailleurs sont nos enfants. Et si on repensait tout ça  à l’aune de l’Holacracy ?

group of students talking and writing at school

© Syda Productions

Alors, à l’heure où des entreprises pionnières en la matière se mettent à l’Holacracy et repensent leur management pour faire du bonheur des employés leur atout principal, où en est « la cause des enfants »,  comme l’a si bien dit Dolto ? Les pédagogies ont-elles évolué ? L’Holacracy pourrait-elle avoir sa place à l’école ? Y a-t- il déjà dans certaines pédagogies existantes Freinet, Montessori, des « valeurs holacratiques » ?

Pour commencer, voyons en quoi consiste cette méthode, appelée aussi « nouvelle technologie de l’entreprise » par Bernard Marie Chiquet. P.-D.G. de la société iGi Partner, il est le promoteur de l’Holacracy en France. Son principe fondamental est d’abolir la hiérarchie pyramidale – où les ordres viennent d’en haut – pour la remplacer par une hiérarchie horizontale. Celle-ci est organisée en équipes qui constituent chacune un cercle chargé d’une mission. Dans chacune, les rôles sont répartis selon les compétences de chacun et avec négociation. Ces rôles peuvent évoluer dans le temps. Chaque employé peut faire partie de plusieurs équipes. Les discussions en leur sein sont favorisées. Des réunions régulières sont programmées pour évoluer en permanence, ajuster les missions, les rôles, débloquer des tensions qui pourraient naître, laisser la place aux idées novatrices des collaborateurs de s’exprimer.

Comparons maintenant avec les pédagogies Freinet et Montessori :

ATABLEAU

N’allez pas croire pour autant qu’il n’existe pas d’autres techniques, en réalité les innovations pédagogiques sont nombreuses : pédagogie positive, classe inversée, etc. Cependant, elles n’offrent pas de points de comparaison suffisants avec l’Holacracy.

Nous constatons que ces deux styles pédagogiques partagent certains traits avec l’Holacracy. Celui s’en rapprochant le plus est celui créé par Célestin Freinet dans les années 60,  une pédagogie qui paraît donc bien mériter son nom d’ « école moderne » malgré ses 50 ans. Peut-être même que c’est elle qui a fait école… dans  les entreprises « holacratiques ». Souhaitons que beaucoup d’écoles entreprennent …

Virginie ESTIVAL

Plus d’informations :
Site de l’Institut coopératif de l’école moderne (ICEM), pédagogie Freinet.
Site de l’association Montessori de France.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s